Les banquiers ont aujourd’hui mis le paradigme monétaire sens dessus-dessous. Les gens croient dans la monnaie fiduciaire qui est contrefaite par nature, et n’ont pas confiance en une monnaie réelle qui a su remplir son rôle tout au long de 5000 ans d’histoire. De nos jours, seuls très peu de gens comprennent l’histoire monétaire, et lorsque j’explique à quelqu’un que la monnaie qui est en circulation aujourd’hui est l’équivalent d’une monnaie contrefaite, il me regarde comme si mes certitudes, et non les siennes, étaient insensées. J’espère grandement que cet article puisse ouvrir grands certains yeux et puisse répondre à la question : ‘qu’est-ce qu’une monnaie et qu’est-ce qui n’en est pas ?’.

L’Ordre Exécutif 6102 a été ratifié afin de forcer les Américains à utiliser de la monnaie contrefaite plutôt que de la monnaie réelle

En 1933, le président Franklin D. Roosevelt commettait un acte de trahison envers sa nation en passant l’Ordre Exécutif 6102 qui rendit illégale et passible de dix ans d’emprisonnement et d’une amende de 10.000 dollars la possession de plus de 100 dollars d’or, pour venir en aide aux Rothschild, la famille de banquiers qui contrôlait la Banque d’Angleterre et avait contrefait la livre sterling afin de financer la Première Guerre Mondiale. Avant la Grande Guerre, la livre sterling était soutenue par des réserves d’or à hauteur de 15%. Mais après 1918, puisque les Rothschild avaient créé de la nouvelle monnaie à partir de rien et n’étaient pas parvenus à maintenir l’étalon or, la livre sterling n’était plus soutenue par de l’or qu’à hauteur de 7%. Cela n’empêcha pas les Rothschild et la Banque d’Angleterre de refuser une réévaluation du taux de change entre la livre sterling et l’or. Mais à l’époque, contrairement à aujourd’hui, les gens comprenaient comment fonctionne la monnaie. Ils s’opposèrent aux Rothschild et commencèrent à convertir leurs livres dévaluées en or au taux d’avant-guerre, sachant qu’ils recevaient bien plus d’or par livre que ce que pouvaient permettre les réserves d’or de la Banque d’Angleterre. C’est pourquoi l’idée d’un retour à un système monétaire basé sur l’or ou l’argent terrifie le cartel bancaire aujourd’hui. Notez que c’est une peur très différente de celle qui le pousse à accumuler de l’or pour lui-même. A l’heure actuelle, il s’empare d’autant d’or que possible parce qu’il ne veut pas que vous en possédiez ! Un système monétaire soutenu par de l’or à hauteur de 100% (le seul type de système monétaire que je défende) permet au peuple de punir les banquiers en leur prenant leur capital lorsqu’ils tentent de le tromper. Un système monétaire fiduciaire contrefait du type de celui que nous utilisons aujourd’hui permet en revanche aux banquiers de nous dérober sans cesse notre capital. Sous notre système actuel de devises fiduciaires digitales, bien que nous ayons toujours le droit de convertir notre monnaie contrefaite en or ou en argent, seuls très peu de gens le font. Tentons donc de comprendre pourquoi. Afin de cesser de perdre de l’or, la banque d’Angleterre a demandé à la Réserve Fédérale des Etats-Unis de commencer à contrefaire des dollars en vue d’affaiblir le dollar par rapport à la livre sterling. Avec la dévaluation de deux devises majeures et l’effondrement du mark Allemand – à l’époque, la Reichsbank imprimait des marks à un tel rythme que le billet de banque à plus forte dénomination passa de 1000 à 100.000.000.000 marks en très peu de temps, ce qui a très certainement inspiré Paul Krugman lorsqu’il proposait la frappe d’une pièce d’un trillion de dollars pour rembourser la dette réelle des Etats-Unis de plus de 200 trillions de dollars – de nombreuses personnes ont préféré convertir leur devise papier en or.

La contrefaçon continue des devises majeures poussa finalement le président Franklin D. Roosevelt à trahir les Américains en choisissant de servir ses maîtres monétaires plutôt que son peuple (tous les gouvernements disent servir leur peuple, mais en réalité, ils ne font que servir les intérêts de leurs maîtres monétaires). Pour venir en aide à ses maîtres banquiers, Roosevelt a proclamé l’Ordre Exécutif 6102, qui prévoyait le vol de leur or aux citoyens des Etats-Unis – contre paiement en monnaie contrefaite – afin de le redistribuer aux banquiers. Avant que je ne vous perde, si vous estimez que mon habitude d’appeler le dollar une monnaie contrefaite est antipatriotique, je vous prouverai que toutes les monnaies fiduciaires sont des monnaies contrefaites et que cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Un patriote digne de ce nom devrait dénigrer le dollar digital soutenu par rien tout autant que les banquiers qui l’ont créé. Aujourd’hui, au vu de la dévaluation de toutes les devises globales – le yen ayant chuté de 24% contre l’euro en l’espace de quelques mois – il faut espérer que tout le monde puisse apprendre de l’exemple de l’Ordre Exécutif 6102 que le seul moyen qui s’offre à lui de protéger son capital contre la classe bancaire immorale est de convertir non pas 5, 10 ou 30% de ses devises papier en or ou en argent physique, mais autant que possible.

Il existe en revanche une importante différence entre les citoyens du début des années 1900 et les citoyens d’aujourd’hui qui fait que les gens ont du mal à réaliser cela, et qui a fait que les banquiers aient pu voler l’or des gens grâce à un simple Ordre Exécutif présidentiel en 1933 – la connaissance de la réalité monétaire. Tout au long des années 1800 jusqu’en 1879, un étalon bimétallique était en place aux Etats-Unis, ce qui signifie que de l’or et de l’argent physique soutenaient les billets de banque utilisés comme monnaie. En revanche, à l’époque, les billets soutenus par l’or, bien qu’ils fussent en circulation et émis par le Trésor, n’étaient pas considérés comme une forme de change légal. En 1879, l’étalon bimétallique laissa la place à un étalon or qui resta en vigueur jusqu’en 1933. Ainsi, tout au long des années 1800 et jusqu’au début des années 1930, tous les Américains comprenaient que seuls l’or et l’argent pouvaient jouer le rôle de monnaie et que les billets papiers, s’ils n’étaient pas soutenus par du métal, n’étaient rien de plus que des morceaux de papier. Même la vaste majorité de la classe moyenne et des pauvres des Etats-Unis, qui n’avaient pas assez de ressources pour accumuler de l’or et de l’argent physique, comprenaient qu’ils ne pouvaient accepter que de l’or et de l’argent comme monnaie et que tout le reste n’était que contrefaçon. C’est cette compréhension générale de la monnaie qui a poussé les banquiers à paniquer après avoir contrefait de la monnaie en masse après la Première Guerre Mondiale, et qui a poussé Roosevelt à confisquer l’or des Américains en 1933, l’année qui marque la fin de l’étalon or aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, les gens ne disposent pas des connaissances suffisantes pour s’opposer aux banquiers, puisque toute la vérité a été retirée des livres d’histoire et du système d’éducation

Le scénario est aujourd’hui très différent en raison de l’écart d’éducation monétaire aux Etats-Unis entre 1800 et 1900 et l’année 2013. Au cours des 80 années qui se sont écoulées depuis que les banquiers ont mis fin à la convertiblité des billets de banque en or en 1933, ces derniers ont fait tout leur possible pour purger tout vérité relative à l’histoire économique des manuels scolaires, de la même manière que des dictateurs comme Mao et Pol Pot ont décidé de purger l’histoire culturelle de leur nation des mémoires de leurs citoyens. Après tout, qui pourrait rêver de liberté monétaire sans savoir ce qu’elle est ou qu’elle existait encore il y a moins d’une génération. Aux Etats-Unis, la mission des banquiers a été de purger tout souvenir de croissance économique stable et de prospérité des mémoires des Américains. Et ils y sont parvenus. Lorsque j’explique à des gens que le système bancaire global est un schéma Ponzi qui fonctionne grâce à de la monnaie contrefaite, même les personnes les plus éduquées (bien que le terme correct soit certainement ‘rééduquées’ ou ‘mal éduquées’) me regardent comme si j’avais perdu la tête. Aujourd’hui, la situation est diamétralement opposée à ce qu’elle était il y a moins d’un siècle. A l’époque, près de 100% des gens comprenaient qu’aucune monnaie n’était acceptable en dehors de l’or et de l’argent. Aujourd’hui, nous serions chanceux si une personne sur 100.000 comprenait cela.

La Réserve Fédérale des Etats-Unis transforme la monnaie réelle en circulation en monnaie contrefaite

Pour dire les choses telles qu’elles sont, depuis que les banquiers ont créé la Réserve fédérale en 1913 et transformé la monnaie réelle en une monnaie contrefaite en 1933, ils n’ont cessé de dégrader les devises fiduciaires à la manière dont ils le faisaient durant la Première Guerre Mondiale, et à un rythme plus rapide encore. En d’autres termes, entre 1800 et 1929, l’indice des prix aux Etats-Unis est resté le même sous l’étalon or (bien que des périodes plus volatiles furent enregistrées en cours de route). Il est important de noter ici que les périodes de forte volatilité à la hausse de l’indice de prix sont survenues alors que les banquiers abandonnaient l’étalon or pour contrefaire le dollar, comme ce fut le cas lors de la Guerre Civile, après que le banquier Elbridge G. Spaulding soit parvenu à convaincre le président Lincoln d’émettre les tristement célèbres billets verts, soutenus par rien, pour financer la guerre. Durant la Guerre Civile, les prix grimpèrent du fait de l’inflation, mais un retour à l’étalon or après la guerre permit de rééquilibrer les prix à leur niveau d’avant-guerre. C’est ce que fait une monnaie réelle. Elle régule la croissance économique de manière durable et met fin aux distorsions de prix qu’encourage la monnaie contrefaite en assurant une stabilité des prix sur le long terme. A chaque fois que vous entendrez des banquiers argumenter à la défaveur de l’étalon or en citant les nombreuses vagues d’inflations qui ont pu exister sous un étalon or, vous saurez que ces périodes correspondent toutes à une dilution de l’étalon or par les banquiers ou la mise en place d’un pseudo-étalon or, comme par exemple Bretton Woods. La monnaie contrefaite est dévaluée sur le long terme, et l’une de ses particularités est de créer toujours plus de pauvreté. C’est pourquoi aujourd’hui, à New York, les mots ‘give me your tired, your poor qui sont inscrits sur la statue de la Liberté sont malheureusement plus à-propos que jamais. Notre acceptation de la monnaie contrefaite  est la raison pour laquelle de nos jours, les conditions de vie d’un sans-abri à New York sont similaires aux conditions misérables qui existaient lors de la Grande Dépression. Vous pourrez remercier votre banquier de quartier pour cela. Et si vous ne comprenez toujours pas où je veux en venir, je ne peux que vous conseiller de continuer à lire mon article.

Après que Roosevelt ait fait appliquer l’Ordre Exécutif 6102 qui demandait la confiscation de l’or des Américains et qu’il s’allie aux banquiers pour transformer la monnaie réelle en monnaie contrefaite à 100%, l’indice des prix a doublé en seulement vingt ans avant d’augmenter de 400% lors des 40 années qui ont suivi. C’est toute l’œuvre de la monnaie contrefaite. Les imitations peu chères du produit d’origine que sont les dollars de 1973 ont dévalué le produit original de 1933. Ainsi, les évènements qui ont poussé les gens à craindre la criminalité des banquiers dans les années 1930 et à échanger leur papier contre de l’or se sont aggravés à un rythme accéléré depuis la mise en application de l’Ordre Exécutif 6102. Mais grâce aux camps de rééducation académique d’aujourd’hui, ce qui n’était accepté par aucun Américain dans les années 1920 est désormais accepté non seulement par 100% des Américains, mais par 100% des 7 milliards de personnes qui foulent le sol de notre planète (à l’exception peut-être des Japonais, des Indiens, des Chinois et de certains peuples du Moyen-Orient).

En Inde et en Corée du Sud, les banquiers ont déjà prix des initiatives similaires à l’Ordre Exécutif 6102

Et c’est pourquoi, plutôt que de mettre en place la confiscation de l’or de leurs citoyens, les gouvernements Occidentaux contrôlés par les banquiers (comme l’explique Simon Johnson dans The Quiet Coup) peuvent se concentrer uniquement sur des attaques préventives pour convaincre les gens de ne pas acheter d’or ou d’argent. En menant une bataille psychologique contre le peuple, les banquiers parviennent aux mêmes résultats que l’Ordre Exécutif 6102, c’est-à-dire à conserver l’or et l’argent hors de la possession des gens. Comme je l’ai dit plus haut, dans les régions du monde dans lesquelles les citoyens n’ont pas subi de lavage de cerveau jusqu’à ne plus rien connaître de la vérité de l’histoire monétaire, les gouvernements ont eu recours à des ruses et à la législation pour confisquer l’or des gens ou les empêcher d’en acheter plus. Par exemple, en 1997, lors de la crise économique qui a touché les Tigres Asiatiques, le gouvernement Sud-Coréen, contrôlé par les banquiers, a utilisé l’argument du patriotisme pour convaincre les gens d’abandonner leur or. Le gouvernement Coréen a lancé une campagne de collecte d’or pour l’amour de la Corée avec l’aide de trois corporations, j’ai nommé Samsung, Daewoo et Hyundai, pour pousser le peuple à croire que s’il n’offrait pas son or à son gouvernement, il n’était pas un peuple patriotique. Honte à Samsung, Daewoo et Hyundai pour avoir escroqué ainsi leurs concitoyens. A dire vrai, l’acte le plus patriotique dont aurait pu faire preuve les Coréens aurait été de défier leur gouvernement, d’acheter des armes avec leur or et de jeter en prison les banquiers qui ont dévalué le won depuis 800 wons pour un dollar pour le porter à un taux de change plus patriotique de 1700 wons pour un dollar. Si les Coréens avaient agi ainsi plutôt que de se laisser prendre au piège du gouvernement, leur pays ne souffrirait certainement pas aujourd’hui de crises monétaires et économiques. Mais les banquiers parvinrent à gruger plus de 100.000 citoyens, dont ma grand-mère, et obtinrent ainsi plus de 20 tonnes d’or (bien que les quantités d’or exactes demeurent inconnues à ce jour, puisque le gouvernement Coréen a cessé de publier les chiffres officiels après que les donations aient dépassé les 20 tonnes). Aujourd’hui, au prix de 1580 dollars l’once, ces 20 tonnes d’or représentent plus d’un milliard de dollars dérobé par les banquiers grâce à leurs opérations de propagande seules. En 1997, les Sud-Coréens ont reçu leur porpre Ordre Exécutif 6102 sous couvert du patriotisme.

En Inde, des campagnes telles que ‘Donnez votre or pour l’amour de l’Inde’ ne pourraient jamais fonctionner, parce que les Indiens en général, en tant que plus important possesseurs d’or de la planète, savent que l’or est une monnaie réelle et que la roupie est une monnaie contrefaite. C’est pourquoi même les plus pauvres y convertissent leurs roupies en or dès qu’ils en ont l’occasion. Pour qu’un Ordre Exécutif 6102 puisse passer en Inde, il serait nécessaire de légiférer les habitudes d’investissement du peuple, parce que la propagande qui fonctionne ailleurs n’y aurait aucun effet. Lorsque les marchés de l’or papier sont pris d’assaut par les banquiers et que le prix de l’or chute, les Occidentaux peuvent céder à la panique et vendre, mais pas les Indiens. Ils savent reconnaître une baisse du prix de l’or pour ce qu’elle est : une opportunité d’achat. De plus, les Indiens savent que la hausse du prix de l’or de plus de 500% depuis 250 jusqu’à 1580 dollars ne le rend pas trop cher. Ils savent que seule la surévaluation peut rendre l’or trop cher, et qu’aujourd’hui, il est encore sévèrement sous-évalué. C’est pour cela qu’en Inde, la classe bancaire a dû s’y prendre autrement. Pour empêcher les Indiens d’acheter plus d’or, les banquiers ont augmenté la taxe d’importation d’or de 1 à 6% en décembre 2011, et discutent actuellement un possible passage à 8%, ce qui représenterait une hausse de 700% de la taxe sur l’or en un peu plus d’un an. Voilà donc à quoi ressemble l’équivalent tyrannique Indien à l’Ordre Exécutif 6102.

Comment l’administration actuelle parvient-elle aux objectifs fixés par l’Ordre Exécutif 6102 dans les Etats-Unis d’aujourd’hui ? Par la guerre psychologique

Quelles méthodes emploient donc les Rockefeller, les Rothschild et leurs agents des banques commerciales pour rétablir l’Ordre Exécutif 6102 aux Etats-Unis ? Une fois encore, puisque la rééducation monétaire et bancaire a été complétée aux Etats-Unis, seul un très faible pourcentage d’Américains comprend que seuls l’or et l’argent sont des monnaies et que les dollars ne sont rien de plus que du crédit (de la monnaie contrefaite), c’est pourquoi la possession de métaux physiques par les masses est très peu répandue. Les banquiers ont également eu recours à des attaques psychologiques préventives. Si les banquiers peuvent pousser les Américains à acheter le moins d’or possible et encourager les Occidentaux à investir sur le dollar, l’euro, la livre sterling et le yen par le biais des marchés des actions, alors ils ont achevé leur objectif qu’est de perpétrer la bulle sur la devise ficudiaire contrefaite. Pourquoi existe-t-il une bulle sur la monnaie contrefaite ? Parce que la valeur intrinsèque de la monnaie contrefaite est zéro. Ainsi, lorsque cette bulle éclatera, les millionnaires fiduciaires sombreront dans la pauvreté.

Afin de pousser les gens à craindre l’or, les banquiers ont délibérément introduit une volatilité artificielle du prix comptant de l’or et de l’argent en manipulant des produits dérivés papier et en usant de trois autres techniques que j’ai développées dans cet article.

En usant de la propagande pour pousser les gens à craindre l’or aujourd’hui, les banquiers n’auront nul besoin de le leur confisquer demain.

Lorsque les banquiers réévalueront l’or d’ici quelques années, comme ils l’ont fait en 1933 lorsqu’ils réévaluaient l’or à la hausse de 69% après l’avoir confisqué aux citoyens, ils seront ceux qui en possèderont le plus et pourront en tirer le plus de bénéfices. Le peuple qui se sera laissé convaincre de conserver ses dollars, ses euros, ses livres sterling et ses yens subira d’énormes pertes. Les banquiers s’en sont pris aux Occidentaux en manipulant et créant une volatilité importante sur les marchés de l’or et de l’argent, pour leur faire craindre un effondrement de prix qui ne se produira jamais. Les conséquences de ces actions sont identiques à celles de l’Ordre Exécutif 6102 : les citoyens continuent d’accumuler du capital sous la forme de devises fiduciaires qui leur permet d’acheter de moins en moins de biens et services d’année en année.

Voici un exemple qui devrait suffire à vous convaincre que toutes les devises papiers d’aujourd’hui sont des monnaies contrefaites

Je concluerai cet article sur une petite histoire factuelle. Si vous aviez conservé 20.000 dollars sur un compte épargne depuis 1913, vous n’auriez encore que 20.000 dollars sur votre compte. Mais rappelez-vous qu’en 1913, il était possible d’acheter une grosse maison avec 20.000 dollars. La même somme d’argent aujourd’hui peut tout juste vous acheter une voiture décente. Bien évidemment, la quantité nominale de dollars n’a aucune valeur et accumuler toujours plus de dollars ne rend personne plus riche, comme beaucoup le pensent aujourd’hui. Pour acheter la même maison que 20.000 dollars pouvaient permettre d’acheter en 1913, puisque les banquiers ont détruit 98% du pouvoir d’achat du dollars en cent ans, il faudrait aujourd’hui une quantité de dollar 50 fois supérieure à 20.000 dollars, soit un million de dollars. Une autre manière de présenter les choses serait de dire que si vous aviez 999.999 dollars aujourd’hui, vous seriez toujours plus pauvre que quelqu’un qui en possédait 20.000 en 1913. Maintenant, imaginez que vous ayez converti vos 20.000 dollars en or en 1913. En 1913, le prix de l’or était de 18,52 dollars l’once. Avec 20.000 dollars, vous auriez pu acheter 1057 onces d’or. Si plutôt que de conserver de la monnaie contrefaite, vous aviez conservé de l’or dans un coffre hors des Etats-Unis depuis 1913, vos 1057 onces d’or, au prix actuel de 1580 dollars l’once, représenteraient 1.670.060 dollars aujourd’hui. Lorsque le prix de l’or atteindra 5000 dollars, ces 1057 onces passeront de 1.670.060 dollars 2013 à 5.285.000 dollars du futur. J’ai expliqué cela à une classe d’enfants de dix ans qui n’a jamais été exposée au processus de rééducation économique et leur ai demandé ce qu’ils préfèreraient recevoir aujourd’hui : 20.000 dollars papier ou 20.000 dollars d’or ? Ils m’ont tous sans exception répondu qu’ils préfèreraient recevoir de l’or, tout simplement parce que l’exemple choisi rend les choses on-ne-peut-plus limpides.

Qu’est-ce que la monnaie ? Quelque chose qui conserve sa valeur au fil des années et qui multiplie sa valeur par 83 (l’or) contre la chose (dollar) que nous appelons monnaie aujourd’hui, ou quelque chose (le dollar) qui est capable de perdre 1/50e de sa valeur en 80 ans ?

Cet exemple seul devrait suffire à convaincre tout un chacun de ce que sont la monnaie réelle et la monnaie contrefaite, et que les objectifs des banquiers sont de nous éloigner de la monnaie réelle. Les campagnes de rééducation par lesquelles ils ont poussé les gens à croire que la monnaie contrefaite est la monnaie réelle et vice-versa font que très peu de personnes considèreraient aujourd’hui acheter de l’or, ou échanger leurs dollars contrefaits contre de l’or, même s’ils ont entendu parler de la confiscation de l’or des citoyens de leur pays par le gouvernement de 1933. La plupart des gens sont capables de comprendre qu’il n’est pas nécessaire de voler quelque chose qui n’a aucune valeur ou de l’échanger contre quelque chose qui en a. Et pourtant, lorsqu’ils ont volé l’or des Américains en 1933, les banquiers leur ont offert des dollars contrefaits en échange de leur métal. Une contrefaçon est quelque chose qui ressemble à l’original mais a une valeur moindre. C’est exactement ce qu’est la monnaie fiduciaire aujourd’hui. Nous avons vu plus haut qu’un dollar 2013 ne vaut qu’1/50e de la valeur d’un dollar de 1913, parce que chaque dollar contrefait que crée les banquiers centraux diluent la valeur du dollar de 1913.

Ce qu’il y a de plus drôle dans tout cela, c’est que les gouvernements et les banquiers du monde nous imposent avec succès les objectifs de l’Ordre Exécutif 6102 en toute impunité, parce que nous ne comprenons pas les mécanismes de manipulation auxquels ils ont recours pour contrôler les prix de l’or et de l’argent. Il suffit que le cartel bancaire utilise ces mécanismes pour influencer les prix de l’or et de l’argent à la baisse et publie des communiqués de presse pour annoncer que les bulles sur l’or et l’argent ont éclaté pour empêcher des millions d’Occidentaux d’acheter la moindre once de métal physique.  Pire encore, les banquiers ont poussé les gens à investir sur des ETF comme GLD et SLV qui possèdent très certainement du métal contrefait. Je me trouve encore étonné aujourd’hui lorsque j’entends les gens qualifier l’or et l’argent d’actifs risqués et la monnaie contrefaite d’actif sain même après que je leur ai expliqué que le dollar a perdu 98% de son pouvoir d’achat depuis 1913. Tous ces hommes en costume qui travaillent dans toutes ces firmes d’investissement se trompent grandement lorsqu’ils vous conseillent d’investir 5 à 10% de votre capital sur l’or. Chez SmartKnowledgeU, nous avons pour habitude de conseiller à nos clients d’acheter de l’or et de l’argent depuis que leurs prix ont atteint 580 et 11 dollars respectivement, parce que nous avons connaissance de l’histoire monétaire. Après la publication de mon article de 2008, dans lequel j’expliquais pourquoi un or à 800 dollars est un or peu cher, je me rappelle avoir entendu les médias grand public clamer le contraire et énoncer les signes de l’existence d’une bulle sur l’or. Dans mon article, j’ai délibérément utilisé les chiffres officiels sous-estimés de l’inflation publiés par les agences gouvernementales des Etats-Unis pour déterminer le prix de l’or ajusté à l’inflation et expliquer pourquoi un or à 800 dollars est un or peu cher. En 2008, chercher à faire comprendre la réalité des choses à la populace grâce aux données d’inflations réelles publiées par Shadowstats aurait été une tâche difficile voire impossible.

Comment protéger votre capital contre le racket perpétré par les banques centrales et commerciales

La conversion de 5 à 10% de vos actifs en or physique (souvenez-vous de ne jamais acheter d’or papier) ne devrait pas suffire à protéger votre capital face à l’hyperinflation qui naîtra du racket légalisé qu’est le système bancaire central et commercial. Vous devriez convertir autant de devises papier que possible en or et en argent physique, voire même 90% de vos actifs si vous le pouvez. Beaucoup jugent cela peu pratique, mais il vous suffira de réfléchir un instant à la question pour vous rendre compte qu’aujourd’hui, la technologie a rendu l’accumulation de monnaie réelle tout sauf peu pratique. L’Histoire nous dicte déjà ce qui est sur le point de se produire dans le futur et quelle sera la chose à faire pour s’en protéger. Et pourtant, par la faute des médias grand public et de leurs articles de propagande qui jaillissent de toutes parts dès qu’un article promouvant l’or ou l’argent est publié par un journal indépendant, la vaste majorité des gens ignore encore l’Histoire et s’assujettit à la destruction massive de la richesse en détenant une monnaie contrefaite et en respectant l’Order Exécutif 6102, bien que personne ne le lui demande.

Bien entendu, si les gens connaissaient les réalités monétaires et étaient capables de digérer les faits présentés par cet article sans les régurguter pour laisser la place à toujours plus de propagande bancaire, nous aurions depuis longtemps renversé les cartels bancaires criminels corrompus depuis des décennies, et par des moyens pacifiques. Si vous ne comprenez pas ce que cela signifie, relisez une nouvelle fois cet article depuis le début, et vous comprendrez que l’objectif des banquiers de faire plonger le monde dans la banqueroute deviendra bientôt clair comme de l’eau de roche. Ce que nous avons appris de l’Histoire est que nous sommes prédestinés à toujours commettre les mêmes erreurs que nos ancêtres malgré le fait que nous ayons sous les yeux assez d’éléments pour agir. Je ne peux que vous demander de répandre la vérité en faisant lire cet article à tous ceux que vous connaissez, afin qu’elle devienne aussi populaire qu’elle l’était dans les années 1800 et au début des années 1900.

Aucun des arguments qui sont utilisés à l’encontre d’un retour à l’étalon or n’a de valeur

Bien que je n’ai pas parlé de la manière dont la monnaie contrefaite permet aux banquiers de manipuler les prix sur tous les marchés et de garder toutes les richesses pour eux, puisque ce n’est pas le sujet de cet article, je vous conseille de regarder la vidéo intitulée Wealth Inequality in America pour vous faire une idée de ce à quoi ressemble aujourd’hui la distribution de richesses aux Etats-Unis. Vous pourrez également lire cet extrait tiré de mon livre The Golden Gift, qui vous expliquera plus en détails pourquoi ces arguments n’ont aucune valeur.

Je suis persuadé que la distribution de richesse est tout aussi obscène dans certains pays de l’Union Européenne. Et je ne pense pas me tromper lorsque j’écris qu’aux Etats-Unis, 1% de la pulation détient la plus importante quantité d’or et d’argent aux Etats-Unis. Parce que ceux que l’on appelle les 1% bénéficient le plus de la manipultaion des marchés, et parce qu’ils comprennent comment fonctionne cette manipulation, ils sont les plus susceptibles d’avoir converti leurs dollars contrefaits en monnaie réelle. Mon intention ici n’est pas de salir le pourcent de la population la plus riche, puisque certains entrepreneurs honnêtes en font très certainement partie. En revanche, ceux qui ont accumulé leur richesse au travers d’opérations immorale de manipulation de marché comme le LIBOR ou les marchés de l’or et de l’argent sont ceux pour lesquels je ressens du dédain.

La seconde partie de cet article sera publiée sur mon blog, theUndergroundInvestor, et j’y discuterai des tactiques auxquelles ont eu recours les banquiers à l’encontre de leur système académique pour nous inculquer une pensée convergente qui est aujourd’hui responsable de notre échec à comprendre en quoi le système monétaire actuel est très différent de ce que les banquiers nous poussent à croire. En attendant, voici matière à réflexion : j’ai trouvé bien plus facile d’apprendre à des adolescents éduqués à domicile les réalités de notre système monétaire actuel qu’à des adolescents qui vont au collège dans le public et le privé. Plutôt que d’apprendre à leurs enfants comment trouver Charlie, les parents devraient leur apprendre à reconnaître une monnaie contrefaite et une monnaie réelle. Accepteriez-vous des sacs à main Louis Vuitton et des Samsung S2 contrefaits comme paiement ? Certainement pas. Alors pourquoi accepter des dollars, des euros, des yens ou des livres sterling contrefaits comme moyen de paiement sans les convertir immédiatement en monnaie réelle ?

 

24hGold.com

Publicités